top of page
  • Les Echos

Val-d'Oise : la foncière de la région au chevet de l'hôtel d'entreprises de Cergy-Pontoise

Le parc d'activité Ampère village à Pontoise va connaître une seconde jeunesse grâce à une reprise en main par la foncière de la région Ile-de-France, Investissements et Territoires, et la Soremi. D'importants travaux ont démarré pour redorer l'attractivité de ce lieu abritant 150 entreprises.


C'est une nouvelle étape qui vient d'être franchie pour l'historique hôtel d'entreprises de Cergy-Pontoise. La première pierre du nouveau parc d'activité baptisé « Ampère village » - anciennement Somag - est posée ce vendredi 21 octobre à Pontoise (Val-d'Oise). La zone d'activité, vieillissante, n'attirait plus les entreprises et n'arrivait plus à les fidéliser.


Grâce à un investissement conjoint de 10 millions d'euros, la foncière de la région Ile-de-France (la société d'économie mixte IDF Investissements et Territoires) et la foncière Soremi ont acquis et vont rénover le site pour relancer la dynamique économique du territoire. Alors que les 3 bâtiments actuels de 12.000 mètres carrés hébergent 150 entreprises pour 350 salariés, le parc d'activité, une fois rénové, doit accueillir 50 entreprises et 100 salariés de plus.


De la start-up à la PME


Fini le simple hôtel d'entreprises qui voyait se succéder des TPE-PME. « Les baux précaires proposés aux entreprises, d'une durée de 1 à 3 ans, généraient un fort turnover », constate Olivier Pagezy, le directeur de la SEM IDF Investissements et Territoires. Avec des bureaux de 20 m2 à 200 m2, Ampère village veut attirer de nouvelles entreprises aux tailles diverses, et les accompagner dans leur croissance.


« Nous réfléchissons à donner une orientation plus sectorielle aux entreprises présentes sur le parc », souligne Olivier Pagezy. Jusqu'à aujourd'hui, des entreprises généralistes de la petite industrie aux services étaient présentes. « Nous souhaitons nous connecter davantage à La Turbine pour leur proposer un parcours résidentiel à leur sortie de l'incubateur », ajoute-t-il. Ce pourrait par exemple être des entreprises de la foodtech et de la greentech, particulièrement représentées dans l'incubateur. Cette mission du choix des entreprises sera dévolue au futur opérateur qui n'est pas encore désigné et devra animer le site.

Cadre stimulant


Et pour attirer de nouvelles entreprises, et notamment des start-up, d'importants travaux vont être réalisés pour rendre le lieu mieux équipé et plus convivial. A la place des trois bâtiments abritant strictement des entreprises, l'un des édifices sera détruit, les deux autres seront réhabilités et un nouveau sortira de terre. Les entrepreneurs y trouveront tout une série de services comme une crèche, de la restauration et un showroom. L'opération doit être finalisée à la fin de l'année prochaine.


Plus largement, cette démarche de la SEM IDF Investissements et Territoires illustre la stratégie de la région en matière de développement économique. « Faire en sorte que des entrepreneurs s'installent et restent dans le Val-d'Oise contribue au rééquilibrage économique d'une région très fracturée », explique Alexandra Dublanche , vice-présidente du conseil régional chargée du développement économique et présidente de la SEM. « Ce département est un grand enjeu pour nous car il a de gros besoins de développement économique », ajoute-t-elle. En effet, la foncière cible prioritairement ses investissements sur la grande couronne pour redynamiser des sites en perte de vitesse.


3 vues0 commentaire
bottom of page